Les transports urbains

Différents modes de transports sont possibles pour se déplacer en ville. Des bus circulent de nouveau à Douala, des taxis, des motos et des "clandos" sont les autres moyens de transport.

Les bus

Après la disparition de la SOTUC(société de transport urbain du Cameroun), il n'y avait plus de transport en commun dans les villes. Depuis fin octobre 2001, des bus circulent de nouveau à Douala. La nouvelle société s'appelle la SOCATUR(Société Camerounaise de Transport Urbain). Le ticket qui coûte 125FCFA, permet de faire d'assez longues distances. Ces bus sont surtout empruntés par les habitants des quartiers périphériques relativement éloignés pour gagner le centre de la ville.

Les taxis

De couleur jaune et le plus souvent de marque Toyota, ce sont pour la plupart des"occasions Belgique". A savoir des voitures d'occasion importées de Belgique où existent visiblement d'importantes filières. Les taxis sont très nombreux en ville, ils constituent même l'essentiel de la circulation urbaine.
Il y a plusieurs façons de prendre le taxi, à la course, au dépôt, mais le plus courant est de prendre le taxi à la place ("au ramassage").
Pour prendre le taxi au ramassage, il faut se placer sur le bord de la chaussée et faire signe aux taxis qui passent, ceux-ci ralentissent et au moment où ils passent à votre hauteur, il faut annoncer l'endroit où l'on veut se rendre. En fait, il faut donner le point de repère le plus proche connu par les taximens. Les points de repère sont des carrefours, des bâtiments remarquables, des sociétés ou des lieux connus (ex: carrefour Agip, Shell NewBell, Centrale Voyage, Rond Point, Ancienne Poste,...).
Lorsque le point de repère donné se trouve sur le chemin ou a proximité du trajet que va faire le taxi (cela dépend de l'endroit où les personnes qui sont déjà dans le taxi se rendent, du trajet habituel de ce chauffeur,...), le chauffeur accepte la proposition et indique de monter par un signe de la main, de la tête ou un coup de klaxon. Le trajet coûtera alors 150FCFA la journée, 175FCFA à partir de 22 heures.
Si la distance est un peu longue, ou que l'endroit où l'on se rend est un peu inhabituel pour les taxis qui passent où l'on se trouve, il faudra alors "proposer" c'est-à-dire proposer un prix plus élevé pour la place en espérant que ce surplus engage le chauffeur à accepter. (ex: carrefour Anatole 200). Les taxis ont en général des circuits plus ou moins réguliers sur lesquels ils savent qu'ils vont trouver des clients pour remplir le véhicule. Si peu de gens se rendent d'un certain endroit à un autre, il sera plus difficile de trouver un taxi. Il faudra alors soit attendre, soit proposer... Par exemple, il est assez facile de trouver un taxi du quartier administratif vers le quartier commerçant, il sera plus difficile d'en trouver un pour aller au Marché Central.
Lorsque les trajets sont plus longs, il faut parfois prendre deux taxis. Il y a à Douala une série d'endroits où l'on change de taxi. Par exemple pour aller à Makepe, quartier résidentiel relativement éloigné, il faut prendre un taxi jusqu'à "Ecole publique Deïdo" où l'on trouvera des taxis pour Makepe et Bonamoussadi. Le trajet total coûtera alors 300FCFA. On peut se rendre n'importe où à Douala pour ce tarif pour peu que l'on soit patient.
Une dernière chose, si le taxi est vide, il faut bien préciser que l'on veut la place et pas la course (en fait c'est surtout nécessaire pour les étrangers) en disant par ex "Akwa Palace, une place" ou "Carrefour Anatole, une place 200" si on propose...
Un des inconvénients du taxi au ramassage est qu'il risque de faire des détours pour déposer d'autres passagers et qu'il n'empruntera pas nécessairement le trajet la plus court ou le plus rapide sont but étant de ramasser le plus de clients possible sur un trajet...

Les motos-taxis

Stationnées à certains carrefours, les motos-taxis appelées "Bend skin" font plus ou moins les mêmes trajets que les taxis pour un tarif de 100FCFA voire 150FCFA de plus en plus souvent (Juillet 2003). Elles se faufilent dans le trafic et sont donc plus rapides mais pas moins dangereuses. Les accidents entre les motos et les taxis sont fréquents et ce ne sont pas les passagers du taxi qui en souffrent le plus. Certaines artères impraticables en voiture le sont pour les motos. Il est aussi possible de faire des trajets plus longs moyennant un petit supplément.



Les "clandos"

Ce sont des véhicules, souvent de vieilles camionnettes qui tiennent à peine debout et qui ne sont pas officiellement autorisées à effectuer du transport de personnes. Ils le font pourtant, généralement sur les trajets du centre vers la périphérie qui nécessiteraient deux taxis. Un rabatteur à l'arrière du véhicule annonce la destination et les gens s'entassent à l'intérieur. Ils partent d'endroits précis mais rien n'empêche de les prendre en cours de route. Les tarifs varient de 100 à 150 FCFA suivant la distance parcourue.

Les livres liés à cette rubrique sur Amazon:                 Egalement sur Amazon: Romans, poésie, théatre
          Patrice Nganang Temps de Chien Hervé Yamguen Le Temps de la Saison verte Ferdinand Oyono Le nègre et la médaille Trois prétendants un mari Ferdinand Oyono Une Vie de Boy Mongo Beti Trop de Soleil Tue l'Amour

Ces liens ouvrent une page sur le site Amazon.

Language: FR | EN
Espace None, espace en devenir. | Contact | Retour | Copyleft 2002-2006 Cameroun Découverte
Voyager| Nord| Ouest| Océan| sud| Yaounde| Vivre| Douala| Photos| Ngondo| Bessengue| Culture| Littérature| Art Contemporain Africain| Faune et flore| Musique|
Référencé sur Google